Le nucléaire au service de la voiture électrique

électricité écologique

Depuis de nombreuses années, tous les principaux constructeurs automobiles ont fabriqués des modèles à moteurs électriques, mais jusqu’à présent aucun de ces modèles n’a connu de ventes comparables à ceux d’un véhicule à moteur thermique. Si au niveau solidité, technique et confort les voitures électriques sont tout à fait comparables aux voitures thermiques, le faible succès des voitures électriques est due principalement au fait qu’il y a très peu d’endroit pour recharger les batteries d’une voitures électriques tandis que les stations d’essences permettant aux voitures thermiques de faire le plein de carburant se trouvent facilement aussi bien dans les villes que dans les campagnes.
Il serait possible pourtant de construire des stations de rechargement de batterie, qui seraient alimentées en électricité par des mini-centrales nucléaires dédiées. Ainsi la construction rapide de mini-centrales nucléaires aux abords des grandes agglomérations et des principales routes et autoroutes afin que les véhicules électriques puissent recharger leurs batteries pourrait permettre de développer l’usage des véhicules électriques, et cela d’autant plus si un système permettant de changer les batteries vides par des batteries pleines était trouvé. Ainsi dans ces stations de rechargement de batterie, l’automobiliste pourrait échanger les batteries vides par des batteries pleines, et repartir sans trop perdre de temps. Les batteries vides seraient laissées dans la station de rechargement, jusqu’à ce que à nouveau pleine elles soient échangées avec celles vide d’un autre automobiliste.
Or la technologie des mini-centrales nucléaires existent déjà, et elle est malheureusement pour l’instant utilisée uniquement par l’armée. En effet les sous-marins et porte-avions à propulsion nucléaire, fonctionnent avec des moteurs qui utilisent le même principe de fusion nucléaire que les grandes centrales nucléaires. Donc un moteur de sous-marin ou de porte-avions nucléaire pourrait facilement produire le courant électrique nécessaire au besoin d’un parc de véhicule automobile électrique d’une ville de 30000 à 100000 habitants.
Ainsi le développement de l’automobile électrique grâce à l’utilisation du nucléaire permettrait de limiter l’émission de CO2, un des principaux responsables de l’effet de serre et du réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *