Une production d’électricité écolo-compatible

A l’heure où tout le monde ou presque constate un changement climatique et les dégâts causés à l’environnement par la pollution produites par les différentes activités humaines, peu de gens considère que la production d’électricité contribue à la pollution de la planète, et beaucoup la considère même comme une énergie propre.
Cependant hormis lorsqu’elle est produite à l’aide des énergies renouvelable comme l’énergie solaire ou éolienne, la production de l’électricité produite à l’aide d’énergie carboné comme le charbon contribue au réchauffement climatique en émettant du CO2, responsable de l’effet de serre. Et lorsqu’elle est produite à partir d’uranium ou de thorium, certes elle ne produit pas de CO2, mais elle émet une énorme quantité de chaleur dans l’atmosphère et rejette des déchets radioactifs d’une très forte dangerosité. De fait à moins d’être issus des énergies renouvelables, la production d’électricité a une part importante dans le changement climatique et la pollution de la planète.
Il est évident que les besoins en électricité des sociétés modernes font qu’elles ne peuvent pour l’instant pas se passer des énergies carbonées que sont le charbon ou les hydrocarbures ainsi que du nucléaire pour produire leur électricité. Cependant en organisant mieux la production d’électricité il serait possible d’utiliser moins d’hydrocarbure ou d’uranium pour les besoins en électricité d’un pays moderne.
Ainsi par exemple la France, qui depuis qu’elle a entrepris l’électrification de son territoire a opté pour la construction de grande centrales électriques situé en des endroits reculé de la campagne française et la construction d’un gigantesque réseau de câbles électriques parcourant son territoire servant au transport de l’électricité. Certes c’est effectivement une solution qui marche bien en France. C’est même un véritable succès technologique et scientifique français. Le problème c’est que cette méthode d’électrification d’un pays a commencé à une époque où l’énergie était abondante et quasi gratuite, et la notion d’écologie n’était pas encore apparu. Si en effet le début de l’ère industrielle et les besoins d’une population nombreuse qu’il fallait équiper rapidement en diffèrent équipement électrique pouvaient justifier ce développement, consistant à faire quelques grandes centrales  nécessitant pour amener le courant dans chaque foyer et entreprise de France, le déploiement d’immenses câbles électriques à hautes tension, cette méthode de distribution néglige le fait que dans ces câbles il se perd 10 à 12 % de l’électricité totale produite annuellement. Il serait donc possible de faire d’importante économie d’énergies en ne fabriquant plus ces immenses centrales électriques, mais à leurs places de petites centrales électriques situé près des consommateurs. Ainsi tout cet immense réseau de câble n’auraient plus d’utilité et pourraient être désinstallé de même que ces gigantesques centrales. La centrale nucléaire de Flamanville est l’exemple de cette conception de l’électrification d’un pays qui date du début de l’ère industriel. Ainsi cette centrale lorsqu’elle sera en mesure de produire du courant à pleine capacité, pourra fournir du courant pour 8 à 10 millions de français. Or à moins d’accueillir tous les migrants du monde pendant un an, la France n’aura pas ces 8 à 10 millions d’habitants de même qu’elle n’aura pas la croissance économique à la chinoise ne serait que pour absorbé pendant quelques années cette manne électrique qui se prépare. Il faudrait donc prévoir quel secteur social et industriel aura l’usage de cette énergie nouvellement produite, et cela ferait de la France un pays à l’économie planifié ; ou autoriser la création de zone franche économique. Autrement, sans véritable croissance économique cette centrale ne pourra servir qu’à éclairer les routes et les villes la nuit à travers la France, ce qui ne fera qu’accroitre les charges des régions ou des agglomérations. De fait ces grandes centrales électriques, qui nécessitent un gigantesque réseau de câbles pour distribuer le courant électriques ne sont pas adaptés à une économie moderne devant prendre en comptes des concepts d’économies d’énergies et de protection environnemental, et qui devrait leur préférer de plus petites centrales installés près des lieux de consommations, et qui soient faciles à construire ou démanteler en fonction des besoins économiques de la société. Dans un contexte de crise économique et écologique, du notamment à l’arrivée à un stade de développement intermédiaire de nombreux pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine; ayant une plus grande activité économique et une plus grande consommation d’énergie carboné, la réorganisation du système de distribution électrique en France serait plus utile que la construction de grands aéroports ou de nouvelles autoroutes.