Une énergie nucléaire écologique

Une partie importante de l’opinion publique considère que l’emploi de l’énergie nucléaire est dangereux, pas seulement en cas d’accident mais aussi par les déchets radioactives qu’elle produit qui nécessite d’important moyen pour les traiter et les stocker et ceci pendant des décennies. Effectivement l’emploi de l’énergie nucléaire tel qu’elle est faite actuellement est très dangereuse, aussi bien en cas d’accident qui irradierait pour de nombreuses années de grandes portions du territoire, que par la complexité de sa mise en place et de son fonctionnement. Cependant du fait que l’énergie nucléaire ne produit pas de CO2, il est clair que l’emploi de l’énergie nucléaire est une solution à privilégier pour toute la production d’électricité utilisant des énergies non-renouvelables. Ainsi si toutes les centrales électriques dans le monde étaient nucléaires, une importante quantité de CO2 cesseraient d’être émis dans des délais très brefs. Cependant il est clair que la nucléarisation de l’énergie électrique ne peut se faire selon la méthode actuelle de l’enrichissement nucléaire, mais par l’emploi de l’uranium brut. De plus une centrale fonctionnant avec de l’uranium enrichi peut théoriquement produire une gigantesque quantité d’énergie électrique, mais la complexité et la dangerosité que représente une telle centrale, aussi bien durant sa construction et pendant sa phase d’exploitation, font que cette méthode d’utilisation ne peut être raisonnablement envisagé pour le développement du nucléaire. Des centrales nucléaires fonctionnant avec de l’uranium brut, prévu pour des populations de 100000 à 200000 personnes ainsi que des projets industrielles bien définis, et pouvant donc être produit selon les principes de normalisations et de sécurités industrielles sont préférables à de gigantesques centrales nucléaires, ou chaque pièce de ces centrales doivent être réalisé sur mesure, et où le moindre défaut dans une des pièces compromet aussi bien sa construction que son fonctionnement.

électricité écologique