Canicule précoce en France

Cette année, le début de l’été a été particulièrement chaud en France. C’est la première fois que des températures aussi chaudes ont été atteinte durant un mois de juin, et cela montre bien que le réchauffement climatique n’est pas qu’une hypothèse scientifique, mais un fait que l’on constate de plus en plus fréquemment en France, aussi bien dans la douceur des hivers que la venue de plus en plus précoce du printemps, et maintenant de l’arrivée précoce de la canicule. Cependant même si l’on constate de plus en plus un réchauffement des températures, et ceci à n’importe quel période de l’année, peut-on vraiment parler d’un réchauffement climatique ? En effet, le climat dépend de nombreux facteurs, dont notamment le cycle de la Terre autour du Soleil ainsi que de l’inclinaison de son axe de rotation. Ainsi selon que la course elliptique que la terre décrit autour du Soleil, la rapproche ou l’éloigne du Soleil, la température sur la Terre augmente ou baisse. Ces données astronomiques n’ont pas variés depuis des milliards d’années et l’on peut penser qu’elles ne varieront pas dans les prochaines décennies ni même les prochains millénaires. Ces données ainsi que le froid de l’espace sont pratiquement immuables. Donc si les données astronomiques expliquant la variation des saisons et des climats à la surface de la planète n’ont pas changé depuis des millions d’années, il n’y a pas de changement ou de réchauffement climatique, mais un réchauffement atmosphérique. Le réchauffement que l’on constate actuellement à la surface de la planète serait dû essentiellement à l’effet de serres ainsi qu’à l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère.

Conséquence de la sécheresse sur l’apiculture