De l’utilité de la taxe carbone

Les immenses incendies de forêts en Australie et au Brésil qui ont lieu en cette année 2019 montrent que les gaz contenant du CO2 comme les fumées dégagées par ces incendies sont des gaz dont la masse atomique est trop lourde pour leur permettre de rester longtemps dans l’atmosphère. Ainsi l’on a vu que les fumées produites par ces incendies se sont élevées à plusieurs milliers de mètre d’altitudes avant de redescendre au niveau du sol plusieurs centaines et même des milliers de km plus loin. De fait ces incendies ont démontré que les gaz contenant du Co2 ne se maintiennent pas dans l’atmosphère, mais retombent à la surface du sol ou des océans. Donc si les forêts et les océans semblent absorbés le Co2, en réalité c’est parce que le Co2 ne peut rester longtemps dans l’atmosphère, et rien ne dit que ce Co2 est inoffensif pour la flore terrestre ou marine, ainsi la disparition des coraux ou les nombreuses maladies dont sont affectés les arbres à travers le monde pourrait très bien être une conséquence de ce dépôt de Co2 sur les sols et océans à travers le monde. De fait si une étude sérieuse et si possible scientifique  démontrait que tous les gaz contenant du Co2 finissent par retomber au sol, alors ça prouverait que les gaz contenant du Co2 sont certes toxiques et polluants mais ils ne contribuent en rien à l’effet de serres et que limiter ou pas leur émissions n’aura aucune incidence sur cet effet de serres.