La Russie innove dans le domaine du nucléaire commercial

Le 23 aout 2018, la centrale nucléaire Akademik Lomonossov construite par l’entreprise Rossatom a quitté le port de Mourmansk en direction de la ville portuaire sibérienne de Pevek où elle sera connectée au réseau d’électricité en 2020. Environ 20 fois moins puissante qu’une centrale nucléaire française, cette centrale nucléaire flottante peut néanmoins alimenter en électricité une ville de 100000 habitants. Ce type de centrale nucléaire est évidement idéal pour un pays aussi immense que la Russie, qui peut ainsi apporter l’électricité à villes et des régions isolés dans l’immensité sibérienne, et pour lequel la distribution par câbles serait trop couteuse à installer et à maintenir, mais aussi pour une économie développer comme la France. En effet, plutôt que de construire des cathédrales industrielles comme la centrale de Flamanville, ce genre de centrale nucléaire pourrait être installé dans des ports sec de n’importe quel coin de France et accompagner ainsi de façon plus harmonieuse, et paradoxalement plus écologique car faisant zéro émission de CO2, le développement locale, et cela sans bétonner sur des dizaines de mètres et des dizaines d’hectares le territoire d’une région ou agglomération. Ces types de centrales nucléaires pourraient donc être installer n’importe où, notamment dans les régions insulaires d’outre-mer, sous forme de kit, et désinstaller aussitôt que ces besoins énergétiques ne sont plus sans laisser derrière soi des terrains pollués pour des décennies avec des immeubles en ruines.